In order to view this object you need Flash Player 9+ support!

Get Adobe Flash player
Joomla! Slideshow

Calendrier Hégirien

In order to view this object you need Flash Player 9+ support!

Get Adobe Flash player
Joomla! Slideshow
La droiture en islam. Cheikh Amar LASFAR recteur de la Grande Mosquée de Lille PDF Imprimer Envoyer
Articles - Prêches du vendredi
 
Communiqué de l'UOIF : ATTENTAT TERRORISTE A TUNIS PDF Imprimer Envoyer
Articles - Articles

 

ATTENTAT TUNIS
L’UOIF a appris avec effroi l’attaque terroriste du Musée National du Bardo à Tunis faisant au moins dix-neuf morts, dont dix-sept étrangers, et plusieurs dizaines de blessés selon le Premier Ministère tunisien Habib Essid. 
 
Après avoir tiré sur des touristes, les terroristes ont pris en otage les visiteurs du Musée national du Bardo.  
 
Le Musée National du Bardo jouxte le Parlement tunisien qui devait examiner un projet de loi antiterroriste et dont les efforts en faveur de la transition démocratique sont salués unanimement.
 
L’UOIF condamne avec vigueur cet attentat qui vise les symboles démocratiques de la Tunisie ainsi que la représentation du peuple tunisien. En s’en prenant aux touristes c’est également la Tunisie qui est attaquée.
 
L’UOIF condamne fermement la prise d’otages en cours et se réjouit de la rapide libération de ces derniers. 
 
L’UOIF présente ses condoléances aux familles endeuillées ainsi qu’au peuple de Tunisie.
 
L’UOIF réaffirme sa solidarité avec le peuple tunisien et les familles des victimes durant cette terrible épreuve. 
Union des Organisations Islamiques de France.
La Courneuve, le 18 mars 2015.

 

 
Liévin: la porte de la mosquée Jules-Guesde incendiée, les responsables se disent choqués PDF Imprimer Envoyer

 

Les faits se seraient produits entre 21 heures et 6 heures dans la nuit de samedi à dimanche. Les responsables de la mosquée Jules-Guesde ont découvert la porte calcinée. La goutte d’eau pour eux qui déplorent divers actes de vandalisme dont la gravité va crescendo.

Les responsables de la mosquée Jules-Guesde de Liévin s’inquiètent de cet acte de vandalisme, plus grave encore que les récents tags.

« Heureusement que c’est une porte coupe-feu, sinon il n’y avait plus de mosquée ! » Les responsables de la mosquée Jules-Guesde se disaient « choqués », ce dimanche matin, devant la porte d’entrée calcinée, sur laquelle on voit encore les traces des tags que les fidèles ont tenté d’effacer. « Les voisins disent qu’ils n’ont rien vu ni entendu, ça s’est passé entre 21 h et 6 h du matin, et heureusement les flammes se sont éteintes d’elles-mêmes. » Les pompiers n’ont donc pas eu à intervenir. Une plainte devait être déposée par les responsables de la mosquée dans la journée. Et la police devait procéder aux constatations d’usage.

Les dégâts sont limités mais c’est le message envoyé par ce vandalisme supposé qui choque énormément les fidèles. « C’est le troisième acte de vandalisme en un an, et là on a atteint un niveau supérieur, plus grave... Sans compter les insultes et réflexions de plus en plus courantes par les temps qui courent, ça pose des questions sur la sécurité des fidèles musulmans à Liévin. Est-on vraiment soutenus par les autorités publiques ? », demandent Brahim Koujane et Abdeladim Ben Haida.

Outre les travaux de réparations après cet acte, les responsables de la mosquée se concentrent désormais sur un point positif : les travaux d’agrandissement qui commenceront bientôt pour accueillir au mieux les 200 familles liévinoises qui fréquentent le lieu de culte.

 

 
Meeting du 6 mars contre l’Islamophobie PDF Imprimer Envoyer
Articles - Articles

un-meeting-contre-l-islamophobie-fait-salle-comble-a-saint-d_1979109

L’UOIF s’est associée à la quasi centaine d’associations, de partis ou d’organisations lors d’un meeting collectif contre l’islamophobie.

C’est avec une salle comble que nous avons pu rappeler ce combat commun qu' empreinte les voies du racisme en s’en prenant à l’identité religieuse réelle ou supposée.

L’UOIF a toujours dénoncé toutes formes de haine, de racisme, d’antisémitisme et d’homophobie.

Aujourd’hui, nous nous accordons pour dénoncer ce fléau de l’islamophobie dont sont victimes de plus en plus de musulmans, et plus particulièrement les femmes.

La tragédie des attentats de Paris doit permettre à la société française de comprendre qu’on ne lutte pas contre le radicalisme par le rejet et l’opprobre. Nous lutterons ensemble contre ce « radicalisme » par le droit et l’égalité pour tous.

L’UOIF regrette que certaines personnalités ou organisations aient conditionné leur participation à celle de l’UOIF. C’est déjà faire preuve d’un manque de détermination pour une cause relevant de celle des droits de l’homme. C’est aussi céder à des propos fallacieux qui cachent en réalité un profond mépris des organisations musulmanes.

L’UOIF se réjouit du nombre important des participants et salue ce collectif pour les efforts entrepris afin de sensibiliser la société à l’islamophobie et ses impacts sur notre vivre-ensemble.

Union des Organisations Islamiques de France

La Courneuve, 06 mars 2015

 
La patience du Prophète (saws) « Tu es certes d’une moralité éminente » PDF Imprimer Envoyer
Articles - Articles

 

Le but de cette étude est d’aborder les mères des vertus et leurs manifestations dans le caractère du Prophète (saws) d’une manière inégalée et inégalable. Nous allons insister particulièrement sur les vertus de la patience, l’indulgence, la générosité et la modestie. Ces nobles caractères que le Prophète (saws) est venu accomplir : « Je n’ai été envoyé que pour accomplir les nobles caractères ».

La patience :

Sa patience face à la persécution :

Transmettre le message de son Seigneur ne fut pas sans peine. Le Prophète (saws) a dû endurer pour cela les persécutions, l’adversité, l’affamement, le bannissement, la moquerie et l’humiliation. Il endura tout cela avec patience et endurance et il enseigna ceci à ses disciples qui subirent le même sort.

Mounabbit al-Ouzdi dit : «J’ai vu le Prophète (saws) en période de paganisme dire aux gens : « Dites : Il n’est de dieu que Dieu, vous connaîtrez le succès ! ». Des gens lui crachèrent au visage, d’autres lui jetèrent de la terre et d’autres l’insultèrent jusqu’à l’heure du midi. C’est alors qu’une femme vint à lui avec de l’eau. Il se lava le visage et les mains et dit : « Ma fille ne t’inquiète pas pour ton père ! ». C’était sa fille Zeyneb[1]».

Assis à l’ombre de la Kaaba, pendant que le Prophète (saws) priait, les notables de la Mecque envisagèrent de le tuer. ‘Oqba ibn Abi Ma’it se leva et étrangla violemment le Prophète (saws) avec son pagne jusqu’à le faire tomber sur les genoux. Les gens crièrent et pensèrent que Mohammad (saws) était mort.  Abou Bakr, que Dieu l’agrée, arriva et dit : « Tuez-vous un homme juste parce qu’il dit « Mon Seigneur est Dieu » ?! ». Ils laissèrent le Prophète (saws) qui reprit sa Prière.[2]

Lire la suite...
 
Lycée Averroès : observations suite à l’inspection PDF Imprimer Envoyer
Articles - Articles

 

1989_11_763c662febb225f22886e94542b6f182

 Le lycée AVERROES prend acte du communiqué de presse publié par le Rectorat de Lille à la suite de l’Inspection assurée le mercredi 11 février 2015.

Ce communiqué appelle de la part des responsables du lycée Averroès les observations suivantes :
- Le lycée Averroès respecte les termes de son contrat d’association avec l’Etat.
- L’Inspection n’a relevé aucun fait d’antisémitisme, de radicalisation ni d’atteinte aux principes et aux valeurs de la République.
- L’Inspection désavoue totalement les accusations graves et infondées proférées par le professeur de philosophie.

À Lille, le 20 février 2015

 
Propos inacceptables du président du CRIF PDF Imprimer Envoyer
Articles - Articles

maxresdefault-1

Le président du CRIF vient de déclarer et de réitérer qu’il impute la totalité des actes de violence aux jeunes musulmans.
Ces propos inacceptables dénotent une totale irresponsabilité.

Ils ne font que verser dans la stigmatisation dont souffrent la communauté musulmane française et ses jeunes qui ne cessent de subir les déclarations racistes et islamophobes et les attitudes de marginalisation.

L’UOIF appelle au retrait de ces propos qui tranchent avec l’esprit de discernement tant espéré après l’élan de fraternité et d’unité qui a prévalu après le 11 janvier. Elle espère que les responsables de l’Etat, qui assistent à ce dîner, corrigeront ces accusations inadmissibles et appelleront les responsables communautaires et religieux à la mesure et à éviter les formules qui cherchent à crisper les relations entre les communautés.

L’UOIF salue l’attitude du président Dalil Boubakeur qui a su être à la hauteur de sa responsabilité en condamnant fermement ces propos et en boycottant le dîner du CRIF de ce lundi 23 février soir.

Paris, le 23 février 2015
L’Union des Organisations Islamiques de France

 
Affaire Zitouni/Lycée Averroès : des accusations graves que tout contredit PDF Imprimer Envoyer
Articles - Articles

 

Rédigé par Alain Gabon | Mercredi 18 Février 2015

Alain Gabon, professeur des universités aux États-Unis, dirige le programme de français à Virginia Wesleyan College (université affiliée à l’Église méthodiste de John Wesley), où il est maître de conférences. Il est l’auteur de nombreux articles sur la France contemporaine et la culture française.

Capture d’écran d’un reportage « Réactions face au terrorisme dans un lycée musulman » de FranceTV Info diffusé le 12 janvier 2015. L’on voit ici Soufiane Zitouni, professeur de philosophie, mener un débat avec ses élèves de terminale S, au lycée Averroès.
Capture d’écran d’un reportage « Réactions face au terrorisme dans un lycée musulman » de FranceTV Info diffusé le 12 janvier 2015. L’on voit ici Soufiane Zitouni, professeur de philosophie, mener un débat avec ses élèves de terminale S, au lycée Averroès.
Pour les musulmans de France, la belle façade d’unité nationale et « l’esprit du 11 janvier » n’auront duré au plus que quelques jours. Coup sur coup, une série de développements dramatiques sont venus briser les nobles déclarations publiques et mises en garde contre les amalgames, généralisations et diabolisations.

Tout d’abord, une vague d’agressions et d’attentats ouvertement islamophobes et souvent à caractère terroriste a pulvérisé les statistiques déjà lourdes en la matière.

Dans le même temps, l’avalanche de cas où professeurs et directeurs d’école s’en prennent à des enfants de 6 à 10 ans pour une phrase ou un mot de travers relève bien de l’hystérie collective et de la panique morale, qui fait voir à certains des jihadistes partout.

Par la suite, l’affaire des infographies de la campagne gouvernementale de contre-radicalisation « Stop-Djihadisme » contribue elle-même, et cette fois-ci au plus haut sommet de l’Etat, à stigmatiser toute une religion et à jeter la suspicion sur des centaines de milliers de musulmans parfaitement paisibles. En effet, elle définit ouvertement comme « signes de radicalisation », qui plus est « jihadiste », c’est-à-dire carrément terroriste, des pratiques, traditions et coutumes courantes chez les croyants conservateurs (habitudes alimentaires, refus de l’alcool, port du hijab, etc.).

Dernier coup dur en date pour l’islam et les musulmans de France : l’affaire Soufiane Zitouni et ses accusations contre le lycée Averroès.
Lire la suite...
 
<< Début < Préc 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suivant > Fin >>

Page 1 de 46