In order to view this object you need Flash Player 9+ support!

Get Adobe Flash player
Joomla! Slideshow

Calendrier Hégirien

In order to view this object you need Flash Player 9+ support!

Get Adobe Flash player
Joomla! Slideshow
Lycée Averroès : observations suite à l’inspection PDF Imprimer Envoyer
Articles - Articles

 

1989_11_763c662febb225f22886e94542b6f182

 Le lycée AVERROES prend acte du communiqué de presse publié par le Rectorat de Lille à la suite de l’Inspection assurée le mercredi 11 février 2015.

Ce communiqué appelle de la part des responsables du lycée Averroès les observations suivantes :
- Le lycée Averroès respecte les termes de son contrat d’association avec l’Etat.
- L’Inspection n’a relevé aucun fait d’antisémitisme, de radicalisation ni d’atteinte aux principes et aux valeurs de la République.
- L’Inspection désavoue totalement les accusations graves et infondées proférées par le professeur de philosophie.

À Lille, le 20 février 2015

 
Propos inacceptables du président du CRIF PDF Imprimer Envoyer
Articles - Articles

maxresdefault-1

Le président du CRIF vient de déclarer et de réitérer qu’il impute la totalité des actes de violence aux jeunes musulmans.
Ces propos inacceptables dénotent une totale irresponsabilité.

Ils ne font que verser dans la stigmatisation dont souffrent la communauté musulmane française et ses jeunes qui ne cessent de subir les déclarations racistes et islamophobes et les attitudes de marginalisation.

L’UOIF appelle au retrait de ces propos qui tranchent avec l’esprit de discernement tant espéré après l’élan de fraternité et d’unité qui a prévalu après le 11 janvier. Elle espère que les responsables de l’Etat, qui assistent à ce dîner, corrigeront ces accusations inadmissibles et appelleront les responsables communautaires et religieux à la mesure et à éviter les formules qui cherchent à crisper les relations entre les communautés.

L’UOIF salue l’attitude du président Dalil Boubakeur qui a su être à la hauteur de sa responsabilité en condamnant fermement ces propos et en boycottant le dîner du CRIF de ce lundi 23 février soir.

Paris, le 23 février 2015
L’Union des Organisations Islamiques de France

 
Affaire Zitouni/Lycée Averroès : des accusations graves que tout contredit PDF Imprimer Envoyer
Articles - Articles

 

Rédigé par Alain Gabon | Mercredi 18 Février 2015

Alain Gabon, professeur des universités aux États-Unis, dirige le programme de français à Virginia Wesleyan College (université affiliée à l’Église méthodiste de John Wesley), où il est maître de conférences. Il est l’auteur de nombreux articles sur la France contemporaine et la culture française.

Capture d’écran d’un reportage « Réactions face au terrorisme dans un lycée musulman » de FranceTV Info diffusé le 12 janvier 2015. L’on voit ici Soufiane Zitouni, professeur de philosophie, mener un débat avec ses élèves de terminale S, au lycée Averroès.
Capture d’écran d’un reportage « Réactions face au terrorisme dans un lycée musulman » de FranceTV Info diffusé le 12 janvier 2015. L’on voit ici Soufiane Zitouni, professeur de philosophie, mener un débat avec ses élèves de terminale S, au lycée Averroès.
Pour les musulmans de France, la belle façade d’unité nationale et « l’esprit du 11 janvier » n’auront duré au plus que quelques jours. Coup sur coup, une série de développements dramatiques sont venus briser les nobles déclarations publiques et mises en garde contre les amalgames, généralisations et diabolisations.

Tout d’abord, une vague d’agressions et d’attentats ouvertement islamophobes et souvent à caractère terroriste a pulvérisé les statistiques déjà lourdes en la matière.

Dans le même temps, l’avalanche de cas où professeurs et directeurs d’école s’en prennent à des enfants de 6 à 10 ans pour une phrase ou un mot de travers relève bien de l’hystérie collective et de la panique morale, qui fait voir à certains des jihadistes partout.

Par la suite, l’affaire des infographies de la campagne gouvernementale de contre-radicalisation « Stop-Djihadisme » contribue elle-même, et cette fois-ci au plus haut sommet de l’Etat, à stigmatiser toute une religion et à jeter la suspicion sur des centaines de milliers de musulmans parfaitement paisibles. En effet, elle définit ouvertement comme « signes de radicalisation », qui plus est « jihadiste », c’est-à-dire carrément terroriste, des pratiques, traditions et coutumes courantes chez les croyants conservateurs (habitudes alimentaires, refus de l’alcool, port du hijab, etc.).

Dernier coup dur en date pour l’islam et les musulmans de France : l’affaire Soufiane Zitouni et ses accusations contre le lycée Averroès.
Lire la suite...
 
Lens: une jeune femme enceinte frappée en pleine rue parce qu’elle était voilée ? PDF Imprimer Envoyer
Articles - Articles

agression-femme-voilée

Une Lensoise de 23 ans, enceinte de 5 mois et voilée, témoigne avoir été agressée, mardi devant la CPAM, par une femme qui aurait proféré des insultes à caractère racial. Toujours en état de choc, elle confie son traumatisme.

La voix encore faible, la Lensoise de 23 ans raconte, effarée, l’agression dont elle dit avoir été victime devant la CPAM, avenue Van-Pelt, mardi vers 16 h 45. En arrêt maladie depuis un accident du travail, elle est enceinte de 5 mois. Pour les besoins d’une procédure, elle devait retirer une attestation pour la déposer dans la boîte aux lettres de son avocat avant 17 h 30. « Très affaiblie, j’étais en pyjama, avec un gilet au dessus. J’en avais pour une minute à imprimer l’attestation à la borne extérieure installée depuis peu, relate-t-elle. Il y avait une dame qui imprimait un papier, je lui ai demandé si elle en avait pour longtemps, elle a gentiment répondu que non. Puis elle s’est retournée et a eu l’air choqué en me voyant. Elle a eu un sourire narquois et j’ai vu qu’elle s’amusait à réimprimer le même papier, puis elle jouait sur l’écran, on voyait qu’elle voulait m’impatienter… »

Insultes à caractère racial et coups dans le ventre

La dame finit par s’en aller, en glissant visiblement : « Si tu veux que ça aille plus vite, retourne dans ton pays ». Elle s’éloigne et la jeune femme entend des insultes à caractère racial. « Je lui ai dit en haussant la voix Tu attends d’être loin pour crier ça, la vieille. Là, elle a donné ses papiers et son sac à la femme qui l’accompagnait et elle a couru vers moi. Elle m’a frappée, a arraché mon voile. Je lui ai dit d’arrêter, que j’étais enceinte. Là, elle s’est concentrée sur mon ventre à coups de poing, pour me défendre j’ai donné un coup qu’elle a reçu dans le nez. Elle continuait à m’insulter, me criait Tu fais des gosses pour toucher les alloc’ en France. Heureusement, un homme est venu nous séparer. » Il aurait néanmoins refusé de venir témoigner au commissariat, expliquant être pressé.

La jeune femme se rend au commissariat tout proche, suivie dit-elle par la dame qui venait de l’agresser. « Elle a jeté sa carte d’identité au policier qui la lui demandait. Elle criait que je faisais des enfants pour toucher de l’argent, que c’était moi qui l’avais agressée… Puis elle est partie en rage. » La victime ira à l’hôpital puis chez le médecin et déposera plainte, présentant un certificat médical faisant état d’une incapacité totale de travail (ITT) de huit jours. « Depuis, je n’ose plus sortir de chez moi toute seule, ma mère m’accompagne partout. Le pire, c’est que je n’ai même pas osé lui dire d’emblée qu’étant enceinte, j’étais prioritaire. Je comprends que les gens soient énervés depuis les attentats, mais il ne faut pas faire d’amalgame ni exprimer sa peur par la violence. Mon voile n’est pas une provocation. »

PAR AUDREY HALFORD

Source : La Voix du Nord

 
Mes observations en tant que chercheuse au sein du lycée Averroès PDF Imprimer Envoyer
Articles - Articles

Rédigé par Carol Ferrara | Samedi 14 Février 2015
Carol Ferrara est doctorante en anthropologie, Boston University.

7453897-11489279

De 2012 à 2014, Carol Ferrara, doctorante en anthropologie (Université de Boston), a effectué plusieurs visites au lycée Averroès, au sein duquel elle a pu réaliser observations et entretiens auprès des élèves et de l’équipe pédagogique. Cet établissement privé d’enseignement musulman est au centre de controverses lancées par un professeur de philosophie, Soufiane Zitouni, y ayant exercé les premiers mois de l’année scolaire 2014-2015. Par ce témoignage, la chercheuse espère « pouvoir ajouter une perspective objective et neutre ».

J’ai rencontré pour la première fois Hassan Oufker, le directeur du lycée Averroès, à la suite d’un rendez vous que j’ai eu en mai 2012 avec Makhlouf Mamèche, le directeur adjoint du lycée, vice-président de l’Union des organisations islamiques de France (UOIF), et président de la nouvelle Fédération nationale de l’enseignement musulman (FNEM).

A la suite de l’étude que j’ai effectuée pour mon mémoire de master à l’American University of Paris (intitulé « Religious Tolerance and Understanding in the French Education System », publié en anglais dans le Journal of Religious Education, décembre 2012), j’étais en train de préparer ma recherche de terrain pour ma thèse en anthropologie à l’Université de Boston aux Etats-Unis intitulé provisoirement « La transmission de la foi dans la République » sur les institutions d’éducation en France qui tentent de transmettre à la fois les valeurs françaises et les valeurs religieuses.

Depuis cette première visite au lycée, j’ai revisité l’établissement plusieurs fois pour ma recherche, la plus récente étant un séjour de 15 jours en novembre 2014, pendant lequel j’ai assisté aux cours, observé des réunions entre professeurs et la direction, discuté avec les professeurs et parents d’élèves, et interviewé des anciens élèves du lycée.

Après les premières visites à l’école pendant lesquelles j’ai dû mériter leur confiance, M. Oufker m’a donné carte blanche pour ce dernier séjour de circuler librement dans les couloirs, assister aux cours (avec la permission des professeurs, bien sûr), et manger avec tout le monde dans la caféteria. Il m’a également invitée à assister aux événements et aux réunions au sein du lycée et m’a réservé une salle pour me permettre d’interviewer en tête-à-tête les anciens élèves (sans contrôle du lycée). Pendant mon séjour, j’ai aussi eu l’opportunité d’observer les cours de Soufiane Zitouni(ancien professeur de philosophie) ainsi que ceux de Sofiane Meziani (professeur d’éthique).

Lire la suite...
 
France 3 : La grande mosquée de Lille a ouvert ses portes pour parler religion, Islam et citoyenneté PDF Imprimer Envoyer
Articles - Articles
 Se rencontrer pour mieux se connaître : après le choc des attentats de janvier, la Grande Mosquée
de Lille a décidé d'ouvrir ses portes, pour parler religion, Islam et citoyenneté. 

alt

 













 "L'écrasante majorité des Musulmans de France n'aspirent qu'à vivre leur Islam en paix…"
Brahim El-Hadi, membre du bureau de la Mosquée : "La meilleure réponse à ces événements... c'est aux
musulmans de s'ouvrir, et de permettre à nos concitoyens de venir, de visiter la mosquée et de faireconnaissance"

Mais ils ne sont pas si nombreux à avoir osé franchir les portes de la mosquée. "Je suis habitante de Lille
sud, je passe devant, mais cela me faisait peur même" France 3 : La grande mosquée de Lille a ouvert ses portes pour parler religion, Islam et citoyenneté
 Pour une autre visiteuse : "Pour moi l'Islam est religion comme une autre, de paix et de tolérance. C'est ce qu'on nous a démontré ici et cela fait du bien de l'entendre"
La Grande Mosquée de Lille accueille quotidiennement 300 fidèles pour les prières. Le
vendredi, ils sont parfois 2000… Ici, les prêches condamnent le terrorisme et appellent à la tolérance…

Abdelwaheb Nbahedda, président de la Grande Mosquée de Lille : "je pense qu'il est
important de casser cette méconnaissance de l'Islam, et d'ailleurs le message du Coran appelle à l'entre-connaissance, à partager, indépendamment de nos convictions religieuses"

Et pour faire tomber les préjugés, dans cette mosquée, on espère que d'autres journées
comme celle-ci seront organisées partout en France.

 
Communiqué de la Grande Mosquée de Lille (GML) PDF Imprimer Envoyer
Articles - Articles

 

Depuis hier, La capitale danoise a été la cible de deux attaques terroristes. Deux personnes y ont laissé la vie et plusieurs autres ont été blessées. La Grande Mosquée de Lille dénonce et condamne très fermement ces attaques et présente ses condoléances aux familles des victimes et au peuple danois.

 Lille, le Dimanche 15 février 2015

 
Lycée Averroès : une sombre étoile a filé PDF Imprimer Envoyer
Articles - Articles
Rédigé par Sofiane Meziani | Mardi 10 Février 2015

Le lycée musulman Averroès face aux graves accusations de Soufiane Zitouni, ex-professeur de philosophie. Photo prise en 2009.

Le lycée Averroès est durement secoué ces derniers jours après les graves accusations exprimées le 5 février par un membre de son corps enseignant, Soufiane Zitouni. Les attaques à l'encontre de l'établissement musulman ont particulièrement touché son collègue Sofiane Meziani, auteur d'une réplique (« "Charlie Hebdo": le problème n'est pas religieux. Stigmatiser les musulmans est une erreur », Le Plus de l'Obs, 20 janvier) à la première tribune du professeur de philosophie (« Aujourd'hui, le Prophète est aussi Charlie », Libération, 14 janvier) que ce dernier n'a pas appréciée. Sofiane Meziani, professeur d'éthique, a décidé de répondre à Soufiane Zitouni par une tribune exclusive sur Saphirnews.

 Dans une tribune truffée de mensonges et de propos calomnieux parue dans Libération, vendredi 06 février, Soufiane Zitouni, l’ancien professeur de philosophie du lycée Averroès, actuellement en « arrêt maladie », s’efforce d’exprimer les « raisons » supposées de sa « démission » en apportant une description fallacieuse d’un établissement qui n’existe que dans son imagination. Les graves accusations que contient son texte relèvent davantage de ses propres fantasmes que de la réalité prometteuse de cet établissement élu meilleur lycée de France en 2013, et témoignent, au demeurant, de la folie de celui qui prétend « éclairer l’islam par la raison » et illuminer nos obscures intelligences. Eh oui, il semble que la folie, elle aussi, à ses raisons que la raison ne reconnaît point. Une folie qui s’ignore est plus pernicieuse qu’une raison qui ignore.

Je pourrais, ici, m’étaler longuement sur l’inconsistance patente du texte de ce professeur, garni de clichés, de raccourcis, de contradictions, d’absurdités et surtout d’anecdotes risibles récoltées de la bouche de ses élèves. Mais ne souhaitant pas tomber dans le piège de la justification, ni réduire le débat aux positions puériles de cet ancien collègue, je m’efforcerai plutôt de maintenir le propos dans une certaine altitude intellectuelle pour analyser les choses avec un peu plus de hauteur.
Lycée Averroès : une sombre étoile a filé

Une réponse à la lumière d'Averroès

Cet ancien collègue d’Averroès s’est apparemment, selon ses propres dires, senti investi d’une mission « averroïste » lorsqu’il a intégré le lycée qui porte le nom du célèbre savant andalou. En d’autres termes, il s’est érigé en éclaireur ayant pour prétentieuse ambition de délivrer les « islamistes antisémites » que nous serions de l’obscurantisme, un peu à l’image de cette étoile qui scintille dans l’obscurité de la nuit pour servir de repère au voyageur égaré du désert. Ainsi, cet enseignant, guidé par ses propres illusions à la manière d’un Don Quichotte, demande à l’imagination de lui offrir ce que la réalité ne lui reconnaît pas : la dignité et le courage. Il nie ce qui est pour voir ce qu’il veut. Ainsi voit-il dans la naïveté d’une élève le signe d’une extrémiste en puissance, dans une banale salle de professeurs un « territoire musulman », dans l’attention d’un collègue l’ayant invité à dîner chez lui l’empreinte du Hamas. Sous prétexte de combattre l’extrémisme, ce faux héros de la République ne fait que poursuivre un but égocentrique qui le fera briller d’une fausse lumière aux yeux de ceux dont il convoite l’attention.
Lire la suite...
 
SIGNEZ LA PÉTITION "AVEC AVERROÈS" PDF Imprimer Envoyer
Articles - Articles

Le lycée musulman Averroès de Lille vient d’être l’objet d’une violente attaque par un de ses enseignants dans un article publié dans un quotidien national et ce, sans qu’aucun des autres acteurs de sa communauté éducative n’ait pu être entendu en même temps et sans qu’aucune preuve ne soit fournie.

 Nous soussignés, formateurs, conférenciers, animateurs de débats, visiteurs invités, étant intervenus ou intervenant encore dans cet établissement, ne nous reconnaissons pas dans la vision, la description et le jugement de cet établissement par ce professeur. En particulier, nous n’avons jamais observé de double langage, d’antisémitisme ou de radicalisation des membres de sa communauté scolaire, qu’ils soient parents, élèves, enseignants ou responsables. Bien au contraire, nous avons été frappés par l’esprit d’ouverture, de tolérance, de respect mutuel et de convivialité qui y règne.

 Au-delà de l’injustice qui est faite à la communauté éducative du lycée Averroès si attachée aux valeurs conjuguées de la République et de l’Islam du juste milieu, nous nous interrogeons sur la portée et l’écho donnés aux propos subjectifs et non vérifiés d’un seul homme.

 Au moment où la nation française s’efforce de promouvoir une unité nationale après les terribles attentats dont la France a été victime, c’est le symbole de la réussite d’un Islam de paix respectueuse de la république qui est violemment pris à partie.

 L’émergence et la structuration d’un enseignement musulman de France aux côtés des autres enseignements confessionnels, la création d’institutions musulmanes officielles, et l’octroi de leur reconnaissance par l’Etat seraient-ils ainsi combattus ?

 Nous attendons donc de l’Etat français qu’il rende justice des graves accusations attentatoires à l’honneur du lycée Averroès.

 Soutenez le lycée Averroès en signant la pétition en ligne :

http://www.petitions24.net/avec_averroes

 
<< Début < Préc 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suivant > Fin >>

Page 1 de 45